L’amorçage d’activité en 4 objectifs

Le secret d’un amorçage d’activité réussi, c’est de ne pas considérer le développement de son entreprise de façon trop linéaire. L’entrepreneur doit être préparé à l’incertitude et aux difficultés de développement commercial avec peu de moyens. Le dirigeant est constamment tiraillé entre deux forces antagonistes : rechercher la croissance (prendre des risques, investir..) et dépenser avec parcimonie.

Ainsi, l’entrepreneur doit se concentrer sur 4 objectifs fondamentaux :

– Etre prêt à s’adapter, quitte à changer l’offre ou la direction.

Le créateur d’entreprise s’est transformé en gestionnaire, en dirigeant. C’est un nouveau statut qui implique de diriger ses efforts vers un positionnement solide de l’entreprise sur son marché, en exploitant au mieux sa valeur ajoutée.
Cette position implique que l’entrepreneur fasse preuve d’adaptabilité : il s’agit d’adapter le business plan à une situation réelle et parfois de revoir toute la position stratégique de l’entreprise.
Cette capacité à s’adapter à une situation réelle, en termes de ce que recherchent les clients, de ce que fait la concurrence, de limite budgétaire, est un facteur clé de succès lors du lancement de l’entreprise.
Il n’est d’ailleurs pas rare que des entreprises se réorientent totalement en changeant de secteur d’activité, de cible ou d’offre.

– Apprendre avec les premiers clients

Les premiers clients doivent être un socle sur lequel vont s’appuyer les futurs développements commerciaux de l’entreprise. L’entreprise doit d’abord vérifier que la proposition de valeur corresponde aux attentes du client et devra souvent s’adapter en fonction des expériences terrains. Il existe toujours des écarts entre ce que l’on croit et ce que le client perçoit réellement.
La meilleure solution pour appréhender ces écarts est de réaliser de la co-création avec le client. Le client doit devenir un codéveloppeur de l’offre et de cette manière elle correspondra mieux à ses attentes.

Prendre sa place sur le marché

Il y a la place qu’on imagine avoir et la place que les clients, les concurrents et l’écosystème nous octrois sur le marché.
Le foisonnement d’idées qui prévaut initialement doit progressivement laisser place à la reconnaissance d’un savoir-faire de qualité et correctement différencié. L’entreprise prend alors sa place sur le marché est doit être reconnu par les clients et de l’ensemble des acteurs du marché. Cette phase consiste aussi à négliger certains clients et à ne pas commercialiser certaines offres.
Prendre sa place, c’est également faire payer le « vrai » prix pour l’offre proposée. L’entreprise ne doit pas se brader pour convaincre, elle doit prendre en compte toute les charges fixes et variables et également les services associés (SAV, suivi, commerciaux…) tout en dégageant une marge confortable.

– Assurer la cohésion du noyau dur

Dans les périodes de forts enjeux, les tensions sont fréquentes entre les collaborateurs et l’objectif du créateur doit être de maintenir la cohésion.
L’entrepreneur devra ainsi se montrer exemplaire dans sa motivation, éviter les reproches systématiques, éviter de ne pas écouter son équipe.
Les salariés ont parfois du mal à suivre le créateur dans sa vision, ses changements de décisions fréquentes, l’adaptation du business model initial. Le créateur doit alors expliquer les changements et redonner du sens à l’action.
En dernier recours, il faut aussi parfois accepter le départ d’un associé ou employé pour pouvoir conserver l’unité du reste du groupe.

Bref, l’amorçage c’est une période ou il faut vérifier que l’on a bien la bonne proposition de valeur et qu’elle intéresse bien les bonnes cibles. L’entreprise doit être particulièrement attentive à ce qui se passe avec le client, comment il perçoit l’offre et ce qui le pousse à finaliser l’achat. L’amorçage c’est donc du réglage, de l’adaptation et de la confirmation.

C-E SERRE

Credit photo http://www.flickr.com/photos/robertdx/

Related Posts with Thumbnails
You can leave a response, or trackback from your own site.

5 Reponses a “L’amorçage d’activité en 4 objectifs”

  1. Philippe dit :

    Je suis assez d’accord avec ces conseils. Attention toutefois à ne pas faire la girouette. S’adapter, écouter, repenser, c’est bien mais je pense qu’à un moment il faut aussi savoir garder le cap et tenir ferme dans ses décisions, même s’il y a des obstacles.
    S’adapter en permanence pourrait être un moyen de fuir la traversée du désert qui arrivera forcément après l’euphorie du démarrage, même si on souhaite qu’elle soit la plus courte possible.
    Les plus grandes success story montre souvent des gens qui ont cru dans leurs idées même quand tout semblait contre. Au final, c’est cette détermination qui a payé.
    Philippe recently posted..Comment mettre le client au centre de votre entreprise

  2. futurentrepren dit :

    Merci Philippe pour ce commentaire.
    Tu as tous à fait raison, il faut arbitrer entre l’adaptation et la détermination. Certains clients ont un avis ou des suggestions dont il vaut mieux ne pas tenir compte, c’est là toute la difficulté, on ne sait pas très bien qui il faudrait mieux écouter. C’est là que la vision du chef d’entreprise est déterminante car elle fixe un cap qui devrait permettre de faire cette arbitrage.

  3. […] Ce billet était mentionné sur Twitter par Romain Simon, Futur Entrepreneur. Futur Entrepreneur a dit: L’amorçage d’activité en 4 objectifs: Le secret d’un amorçage d’activité réussi, c’est de ne pas considé… http://bit.ly/ehP1LE […]

  4. PEL dit :

    Je rejoins également ta facon de voir les choses Claude Emmanuel, je pense qu’il est primordial de suivre au mieux ces 4 objectifs pour bien démarrer son activité, quelque soit le domaine. Excellent billet !
    PEL recently posted..Comment toucher la prime d’État pour mon PEL

  5. futurentrepren dit :

    Merci PEL 😉 excellent blog sur le PEL également !

Repondre a PEL

CommentLuv badge

Le temps imparti est dépassé. Merci de recharger le CAPTCHA.

Subscribe to RSS Feed Suivez-moi sur Twitter