Interview de Patrick Hannedouche, Business Angel et Entrepreneur

Entrepreneur puis business Angel, Patrick est de ceux qui recherchent les challenges. Après avoir acquis une expérience conséquente dans la distribution, l’export et la direction d’entreprise, il crée en 1990 sa propre entreprise sous le nom « juste à temps » qui est un partenaire des entreprises pour la livraison des fournitures alimentaires au bureau. Elle réalise un chiffre d’affaires de 3.8M€ avec 20 employés. Patrick est aussi un business Angel, il fait profiter aux jeune entrepreneurs de son expérience, son réseau et bien sûr ses capitaux !

Bonjour Patrick, pourriez-vous nous expliquer comment vous êtes devenu un entrepreneur ?

En fait, j’ai toujours été très indépendant avec une forte volonté de changer le cours des choses. En 1989, l’entreprise que je dirigeais avec un statut de salarié a été rachetée par un grand groupe de distribution. Logiquement, je ne m’y suis pas senti à l’aise. Avec le soutien mental et financier de mon épouse, j’ai créé Juste à temps, suite au constat que les entreprises n’avaient pas de solution satisfaisante pour leurs fournitures alimentaires destinées à leurs réunions, visiteurs et collaborateurs. Et depuis, que du bonheur … ou presque !

Quelles ont été les principaux challenges que vous avez du surmonter au cours de ces années ?

En premier lieu, je citerai la solitude. Et oui, ce n’est pas parce qu’on est indépendant qu’on a pas besoin de conseils. J’évoquerai également les allers-retours du mental qui oscille entre « le chiffre d’affaires ne rentre pas » et « ça décolle, je ne vais pas suivre ». Et enfin, l’arrivée d’internet vers 2000 où j’ai compris que tout allait changer sans trop savoir comment.

Parlons maintenant de votre vision de Business Angel, Qu’est ce qui vous interpelle chez un entrepreneur, vers quels profils vous orientez vous, que recherchez-vous ?

Parmi mes critères d’investissement, je suis très attaché à la capacité de remise en cause et au potentiel de patron des entrepreneurs. Sinon, j’aime bien travailler avec des personnes autant à l’aise dans la vision et l’action. Enfin, je suis très attaché à l’équilibre personnel.

En quoi consiste le travail de Business Angel, à quel point vous impliquez-vous dans les projets d’entrepreneurs ?

Avant de rentrer dans le capital, notre travail est fait de veille, rencontres, échanges et suivi avec des hauts et des bas … comme dans un couple. Une fois que je suis rentré dans le capital, j’aime bien mouiller la chemise aux côtés des équipes. Tout ceci sans intervenir dans le quotidien de l’entreprise, ce qui n’est pas toujours facile quand on est patron !

En Aout dernier, vous parliez de créer « Amorcage Angels », Pourriez-vous nous en parler et nous dire en quoi c’est un secteur manquant dans la chaine de financement ?

Effectivement, l’amorçage, c’est ma passion. J’adore intervenir à la naissance de l’idée de la boite et accompagner sa gestation. Actuellement, je travaille à la constitution d’un groupe « Amorçage Angels » de 3-4 personnes complémentaires dans ce secteur délaissé car le plus risqué. J’y accueillerai volontiers des compétences en finances, juridique et internet.

Comment voyez-vous l’entrepreneuriat en termes de localisation géographique en France ? Pensez-vous que Paris est « the place to be » pour un entrepreneur ?

Tout dépend des projets. Par exemple, Juste à temps ne fonctionnerait pas en province du fait de notre clientèle très QCA. Maintenant, pour une startup internet comme Monsieur Golf, c’est différent. Attention quand même, les investisseurs sont majoritairement à Paris.

Vous qui êtes dans l’entrepreneuriat depuis 30 ans, pourriez vous nous expliquer quelle a été son évolution en France et comment vous envisagez l’avenir ?

C’est vrai qu’on est parti de loin, mais en 30 ans, l’entrepreneuriat est devenu très tendance en France. Ainsi, la quasi-totalité des politiques (c’est rare pour être souligné) encourage la création d’entreprises. Aujourd’hui, les entrepreneurs sont starisés. Et de nombreux progrès ont été faits pour simplifier l’entrepreneuriat, comme le statut de l’auto-entreprise. Pour l’avenir, la priorité est de fédérer notre tissu de TPE et PME pour créer des belles PME internationales à l’allemande. Et y’a du boulot, ne serait-ce que pour intégrer que la France n’est pas le nombril du monde.

Merci beaucoup Patrick !
Pour en savoir plus, visitez son blog

C-E SERRE

Related Posts with Thumbnails
You can leave a response, or trackback from your own site.

5 Reponses a “Interview de Patrick Hannedouche, Business Angel et Entrepreneur”

  1. Thibault do brasil dit :

    Tres beau témoignage! Merci CE!

  2. Pierre-Adrien dit :

    Encore une fois très bon ! Merci de nous faire partager tout cela 🙂

  3. futurentrepren dit :

    Merci pour vos commentaires ! C’est vrai que ce témoignage est très intéressant.

  4. Julie dit :

    C’est toujours très intéressant d’avoir le point de vu d’entrepreneur qui ont réussi et qui veulent bien partager leur expérience. J’aimerais aussi me mettre à mon compte, par contre je suis en province. Et je connais tellement de personnes autour de moi qui me le déconseille que je ne sais plus trop quoi penser. Je vais déjà monter mon projet et après je verrai si financièrement il est viable ou non.
    Julie recently posted..Vous cherchez des boites de classment ?

Laisser un commentaire

CommentLuv badge

Le temps imparti est dépassé. Merci de recharger le CAPTCHA.

Subscribe to RSS Feed Suivez-moi sur Twitter